Chargement...

«J’accuse» d'Emile Zola. Un texte littéraire ou journalistique?

Dossier / Travail 2013 10 Pages

Etudes des langues romanes - Français - Littérature

Extrait

Sommaire

1. Introduction

2. Qu’est-ce qu’est la litterature ?
2.1. Definition du terme « litterature »
2.2. Les fonctions de la litterature
2.3. Pourquoi ecrire ?

3. Qu’est-ce qu’est lejournalisme ?
3.1. Definition du terme «journalisme »
3.2. Les buts dejournalisme
3.3. Les caracteristiques d’un textejournalistique

4. Conclusion

Bibliographic

1. Introduction

«J’accuse... » - une lettre ouverte publiee le 13 janvier 1989 dans le journal L'Aurore traite l’affaire Dreyfus qui joua un grand role social pendant les annees 1894 et 1899. Ecrite par Emile Zola, un homme populaire et l’auteur de plusieurs romans, elle est adressee a Felix Faure, le president de la Republique fran?aise dans ce temps-la. La lettre presente en meme temps la preuve de l’engagement inlassable d’Emile Zola pour Alfred Dreyfus (1859-1935). Ce dernier etait un capitaine Juif et alsacien d'origine qui etait arrete sous le pretexte d’avoir trahi la patrie, sans une piece a conviction suffisante. Peu apres l’arrestation de Dreyfus, Zola identifia les vraies coupables d’espionnage et les accusa publiquement. Avec cet acte l’affaire prit une autre dimension en 1898. Cette lettre representa un engagement politique et social. Les objectifs de Zola etaient vite reperes : de dissiper toutes les doutes, de mettre fin au conflit politique et de corriger l’erreur judiciaire. II est clair que Zola atteignit son objectif, car grace a lui, «Tout etait sauve. Zola n'avaitpas seulement revele une erreurjudiciaire, il avait denonce la conjuration de toutes les forces de violence et d'oppression unies pour tuer en France la justice sociale, I'idee republicaine et la pensee libre. Sa parole courageuse avait reveille la France »'. La lettre « J’accuse... » etait sans doute un grand succes grace a laquelle la verite apparut au grand jour, mais il ne faut pas negliger que la presse eut aussi un effet considerable, car sans sa collaboration ne serait-il pas probablement possible pour Zola de faire circuler la verite d’une fa?on tant rapide et d’obtenir la revision du proces.

Le fait que Zola a combine sa lettre avec la presse nous amene sur le sujet de cette memoire. Etant donne qu’il s’agit ici d’une ecriture qui est publiee dans un journal, la lettre d’Emile Zola est-elle plutot un texte journalistique qu’un texte litteraire? Le memoire present s’interesse a la mise au point de cette probleme.

Pour maitriser la question mentionnee ci-dessus, le memoire illustre tout d’abord l’essence de la litterature et il s’occupe de son utilite. Apres, les signes caracteristiques et les fonctions de journalisme sont a presenter. En meme temps, le travail va faire des paralleles entre un texte litteraire/journalistique et la lettre de Zola et il soulignera les differences entre ces deux genres d’ecriture pour pouvoir finalement arriver a tirer une conclusion acceptable.1

2. Qu’est-ce qu’est la litterature ?

2.1. Definition du terme « litterature »

Tout le monde pense a savoir, ce qui la litterature est mais quand on consulte une encyclopedic, on constate que la connaissance supposee ne corresponde pas a la realite. Selon Larousse la litterature est « [l ’] Ensemble des ouvrages, des articles de journaux, etc., consacres a quelqu'un, a un sujet » 2.

Mais est-il possible de nommer tout ce qui est ecrit « litterature » ? Bien qu’ils existent plusieurs opinions concernant l’explication de ce terme, il n’y a pas une definition explicite. Comme le mot represente une particularity relativement indeftnissable, l'article suivant met l’accent sur les fonctions d’un texte litteraire pour le comprendre mieux.

2.2. Les fonctions de la litterature

Jean-Paul Sartre est incontestablement Tecrivain qui s’effor?a de faire comprehensible la litterature engage. Dans son essai Qu'est-ce que la litterature ? publie en 1947, il ne se penche non seulement sur la question qu’est-ce que la litterature engage est, mais aussi a quoi elle sert. Ils existent bien sur plusieurs aspects formels qu’un texte litteraire doit suivre. A l’aide de l’essai de Sartre, il est plus ou moins possible de percevoir que «J’accuse...» accomplit les caracteristiques qu’exigent un texte litteraire.

Selon Sartre, la litterature engagee se compose de trois elements importants : l’un des elements est qu’elle est informative, l’autre est qu’elle sert comme un appel et le troisieme est qu’elle est un message (vgl. Sartre 1948 : 38)

La premiere fonction de la litterature engagee est de transmettre des informations. Un ecrivain a normalement la liberte de choisir la maniere dont il veut faire apparaitre une information. Soit il le faire d’une maniere subjective ou objective. Pour revenir a Sartre, un ecrivain n’a pas l’opportunite d’etre un observateur objective car il est toujours implique dans les affaires sociales. Ce qui fait qu’il a tendance a adopter une certaine position a l’egard d’eux. Compte tenu de cette constatation, l’agitation de Zola harmonise exactement avec le premier aspect: il informe le monde sur l’innocence de Dreyfus par son ecriture qui est caracterise par une subjectivite et une partialite. La subjectivite de Zola se reflete dans sa lettre comme par exemple dans la phrase « Ah ! cette premiere affaire, elle est un cauchemar [,..]» 3.

Comme deja mentionne, le scripteur d’une litterature engage est subjectif. II informe les lecteurs sur des nouveautes en les rendant publiques et il essaie d’atteindre cela en partant de son propre point de vue. Neanmoins, informer le monde sur ce qu’il se passe est loin d’etre tout, car son interet n’est pas seulement d’informer, mais aussi de les mener a reagir.

Selon Sartre « tout ouvrage litteraire est un appel » (vgl. Sartre 1948, 53). II en resulte que la litterature sert quasiment a exhorter les lecteurs a faire quelque chose. Elle est porteuse d’avenir que son auteur a cree. En effet, Emile Zola a ecrit la lettre pour appeler a la conscience du president mais en publiant sa lettre dans un journal, il en appelle aussi (in)directement a la conscience de tout le monde. L’agitation des lecteurs n’est pas obligatoire, mais elle est esperee. Par consequent, l’imperatif hypothetique entre ici enjeu (si tu veux x, tu dois faire y)A. L’auteur leur laisse a decider de prendre l'initiative.

Le troisieme point est qu’un texte litteraire est en meme temps un message.

Il y a des textes dont le message est indiscutable mais il y a aussi des textes dont le message est ce que le lecteur/lectrice peut en conclure. Dans le cas de Zola, l’information qui est transmise aux lecteur/lectrice est que la justice peut etre injuste et probablement qu’on ne devrait pas admettre tous sans remettre en question.

2.3. Pourquoi ecrire ?

En plus de ces trois points plus importants, ils existent quelques autres aspects qui sont utile a decider si la lettre de Zola est plutot une lettre litteraire ou pas. La solution du probleme Pourquoi ecrire ? aide a montrer ces aspects. Dans le premiere partie de son essai, Sartre declare que dans un texte litteraire, l’ecrivain engage sait que «parler c’est agir »J, done son idee principale est de vouloir

[...]


1 vgl. France, Anatole (1902): Eloge funebre d'Emile Zola. In : Assemble Nationale [en ligne] http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dreyfus/dreyfus-zola-anatole-france.asp

2 <litterature>. In Larousse [en ligne] http://www.larousse.com/de/dictionnaires/francais/litt %C3%A9rature/47503 (page consulte le 21.02.2013)

3 Vgl. Oriol, Philippe (1998) : "J'accuseEmile Zola et l'Affaire Dreyfus. Paris : Librio, p.66

Résumé des informations

Pages
10
Année
2013
ISBN (ebook)
9783668721470
ISBN (Livre)
9783668721487
Taille d'un fichier
546 KB
Langue
Français
N° de catalogue
v426473
Institution / Université
Johannes Gutenberg University Mainz
Note
2,0
mots-clé
emile zola

Auteur

Partager

Précédent

Titre: «J’accuse» d'Emile Zola. Un texte littéraire ou journalistique?