Chargement...

L`écrivain dans l`engrenage capitaliste

La notion de la "Littérature" dans les "Illusions perdues" de Balzac

de Doris Schwarz (Auteur)

Dossier / Travail de Séminaire 2000 17 Pages

Etudes des langues romanes - Français - Littérature

Extrait

Table des matières :

1.Avant-propos

2.Littérature idéelle contre littérature industrielle
a.Lucien et Lousteau : Le faux poète et le journaliste. Dauriat : l`éditeur-exploiteur
b.Daniel D`Arthez : L`écrivain pur

3.Balzac l`écrivain
a.Balzac : commerçant ou artiste ?
b.Balzac, l`exploité du système ?
c.La voix de l`auteur

4.Balzac, critique du système capitaliste ?

5.Résumé

1. Avant-propos

L`action des trois tomes des «Illusions perdues» de Balzac, parut entre 1836 et 1843, se déroule dans la France sous la Restauration, aux tous débuts de la grande ère capitaliste.

C`est le temps où le marché littéraire devient vaste, grâce aux progrès dans la production du papier et dans l`imprimerie. Le livre devient de plus en plus abordable et permet de grands débouchés. Ce sont avant tous les éditeurs qui saisissent l`heure en faveur et qui en profitent: ils prennent des auteurs sous contrat, en leur payant une somme basse. Juste en cas de succès du livre l`auteur obtient une partition proportionnelle[1].

Quant au public, il préférait les «romans facile à lire»[2] en garantissant plutôt la survie à l` écrivain qui écrit dans le goût du collectif que celle de l`auteur qui conçoit des tragédies classiques.

Or, dans les «Illusions perdues», la littérature est éclairée de tous les côtés: de la lecture (David et Lucien) à l`écriture (Lucien, les journalistes), de la publication à la critique. Balzac y révèle les conditions sous lesquelles on peut produire la littérature au 19e siècle[3]. C`est le livre qui décrit comment le romantisme des jeunes écrivains héroïques se désillusionne face à la réalité rude du monde capitaliste.

La littérature en tant que telle est décrite sous deux aspects fondamentaux: une fois comme art pur, auquel l`écrivain idéaliste se dévoue entièrement, l`autre fois comme simple moyen pour faire la fortune et l`ascension social.

Dans ce travail, ces deux aspects vont être illustrés à l`aide de la description du destin de Lucien, Lousteau et le travail des éditeurs d`un côté, et de l`idéalisme de Daniel D`Arthez de l`autre.

Après la présentation de ces deux visions opposantes de la littérature, les parallèles à la vie de Balzac vont être tirées en abordant la question comment l`auteur lui-même, en tant qu`écrivain, vivait la situation et quelle était son attitude professionnelle.

Il se laisse observer une évolution du jeune écrivain partant des hautes ambitions philosophiques[4] en aboutissant dans une attitude entièrement opportuniste d`un écrivain qui se met au goût du jour avec la littérature marchande[5], puisque «le succès à des conditions honorables est impossible à nos temps».[6]

Pour cette analyse, des données biographiques ainsi que quelques lettres de Balzac vont être décortiquées pour y tirer ses principes d`écrivain- qui étaient si difficiles à vivre dans son temps.

Cela dit, le sujet des «Illusions perdues» ne tardait pas -naturellement- à attirer l`intérêt des sociologues.

La vaste réception de l`œuvre balzacienne par des socialistes est frappante.

Karl Marx citait Balzac volontiers[7], Engels trouvait que Balzac décrivait la situation de la France mieux que chaque historien[8] et le Marxiste Lukacs affirme que le sujet principale des «Illusions perdues» est la capitalisation de l`esprit et la destruction de la culture par le capitalisme.[9] Il va même jusqu`à parler d`une prostitution de la littérature.[10] Barbéris conclut que Balzac était plutôt fournisseur qu`artiste, toujours soumis aux lois du marché.[11]

Q`en est-il de ces classements? Il est vrai que Balzac décrivît dans les « Illusions perdues » la machinerie de la production littéraire ainsi que la puissance brutale de la vie capitaliste. Mais il reste à réfléchir si son but était réellement de critiquer le système capitaliste en tant que tel. Dans l`avant-propos de «La Comédie humaine», l`écrivain constate: «L`homme n`est ni bon ni méchant, il naît avec des instincts et des aptitudes; La Société, loin de le dépraver […] le perfectionne, le rend meilleur.»[12]

C`est donc apparemment la passion qui semble (aussi) jouer un rôle non négligeable dans les descentes de ses héros.

Un autre item de ce travail sera donc de montrer comment cette image des «Illusions perdues» en tant qu`œuvre par excellence de la «Kulturzerstörung»[13] est à relativiser, respectivement à compléter.

Finalement la signification des «Illusions perdues» pour la littérature va être révélée: qu`est-ce qui était nouveau et inouï et quel est le regard qu`on obtient sur l`artiste de la Moderne?

2. Littérature idéelle contre littérature industrielle

Dans les «Illusions perdues», Balzac oppose assez clairement deux idées fondamentales de la notion de la littérature de son époque: une fois l`idée de la littérature comme moyen, comme chose, dénuée de son caractère d`origine. La littérature y sert à autre chose, elle n`est plus but en soi, puisque le but qu`on aspire, c`est en premier ligne s`enrichir (monétairement). L`autre idée décrite est celle de la littérature comme art, comme amour pour la pensée et la perfection de la forme, celle de la littérature comme acte créatif qui transporte un message honnête.

Cette opposition est symbolisée dans une présentation antithétique de certains personnages qui aident ainsi, en acte vécu, de mieux véhiculer cette idée ambiguë de la littérature. La structure antithétique se manifeste, entre autre, dans l`opposition de Lousteau et D`Arthez.[14] Ces deux mentors de Lucien sont d`abord le double de celui-ci[15], avant que ce dernier se décide de lâcher l`idéalisme (incarné par Daniel) en faveur d`un opportunisme (incarné par Lousteau).

Une autre opposition de ce genre serait celle de David (modeste, travailleur, constant, méditatif) et Lucien[16] (audacieux, impatient, volage, entreprenant), ou p. ex. Mme de Bargeton et Coralie[17].

Au début, Lucien pourrait symboliser la transition entre Daniel et Lousteau- il porte les traits de l`un autant que ceux de l`autre, mais ne pas trouvant de moyen pour conserver cette transition, il se décide pour le chemin le plus facile.

a. Lucien et Lousteau: Le faux poète et le journaliste. Dauriat: L`éditeur-exploiteur.

Lorsque Lucien arrive à Paris, il rêve encore de «la littérature comme un monde idéal». Il s`enflamme pour la poésie dans le style d`un Petrarque et se montre fasciné par les esprits philosophes qu`il rencontre dans les membres du «Cénacle». Mais aussi vite qu`il oublie son «amour» pour Mme Bargeton en la démasquant en simple femme de province, aussi vite il oublie ses hauts idéaux lorsqu`il comprend les lois du marché littéraire et que la faim affaiblit sa volonté. La littérature (ainsi que l`amour) ne signifie pour lui qu`un véhicule pour faire l`ascension sociale.

Mais non seulement il s`adapte en écrivant des critiques au goût de la masse, mais il trahit également tous ses idéaux antérieurs, voire son meilleur ami Daniel D`Arthez.

Sa volonté devient souple et capable de s`épouser à tout: dans une première critique il loue le livre de Nathan, dans la prochaine, il le dénigre- les deux fois avec une rhétorique convaincante. Il change des Libéraux au camp des Royalistes- peu importent ses vraies convictions. Le comble de tout cela consiste en la trahison de son ami et ancien idole, Daniel, en démolissant le livre de celui-ci dans une mordante critique.

[...]


[1] Asholt, W.: pp. 45, 46.

[2] Allemand, A.: p. 85.

[3] Berthier, P.: p. 65.

[4] Vachon, S.: p.11.

[5] Ibid.: p. 13.

[6] Barbéris, P.: p. 402.

[7] Brumm, B.: p.26.

[8] Brumm, B.: p. 18.

[9] Lukacs, G.: p. 48, 49.

[10] Lukacs, G.: p. 51.

[11] Barbéris, P.: pp. 399, 400.

[12] Vachon, S.: p. 290.

[13] Lukacs, G.: p. 50.

[14] Diaz, J.-L.: p. 85.

[15] Ibid.: p. 81.

[16] Ibid., p. 58.

[17] Ibid.: p. 76.

Résumé des informations

Pages
17
Année
2000
ISBN (ebook)
9783656341710
ISBN (Livre)
9783656342106
Taille d'un fichier
534 KB
Langue
Français
N° de catalogue
v207073
Institution / Université
University of Trier
Note
2
mots-clé
l`écrivain littérature illusions balzac

Auteur

  • Doris Schwarz (Auteur)

Partager

Précédent

Titre: L`écrivain dans l`engrenage capitaliste